Choisir

athomas Posté dans Développement personnel / Spiritualité,Tags: , , ,
1

En feuilletant mes carnets, j'ai retrouvé les mots qui suivent. Je ne sais plus d'où ils viennent. Ils pourraient être tirés de « Conversation avec Dieu » de NIELE WALSCH ou du « Guerrier pacifique » de DAN MILLMAN qui sont mes deux bibles personnelles. Ils pourraient également sortir d'une autre œuvre ou être le fruit de mes réflexions, je n'en ai pas le moindre souvenir. Je ne peux donc pas vous dire d'où ils proviennent, mais je ne peux résister à l'envie de les partager avec vous aujourd'hui tant ils me semblent d'actualité.

Nous vivons dans une société codée, faite de règles, de principes et d'obligations qui nous pousse souvent à prendre des décisions contraires à notre bonheur ou à notre santé. J'en veux pour preuve le nombre croissant de burnouts et autres dépressions qui affectent les gens autour de nous. Les victimes sont des personnes subissant une pression énorme, au travail ou dans leur vie personnelle et qui ne savent pas comment faire pour y échapper. Elles se sentent obligées, coincées, sans alternative et elles répondent aux attentes exprimées à leur égard au détriment de leur vie personnelle, de leur santé ou de leurs besoins fondamentaux.

Il est important de réaliser que nous avons toujours le choix. La plupart du temps des solutions existent et c'est le manque de recul qui nous aveugle. Alors à tous ceux qui se sentent coincés, pressés, prêts à craquer, et aux autres, je dédie ces mots qui les appellent à se recentrer sur eux-mêmes.

JE CHOISIS DE … !

A ceux qui me disent « Sois forte ! », je réponds : « J'AI LE DROIT DE DEMANDER DE L'AIDE ».
A ceux qui me disent « Soit parfaite ! », je réponds : « J'AI LE DROIT DE FAIRE LE MIEUX QUE JE PEUX EN TENANT COMPTE DES CIRCONSTANCES ».
A ceux qui me disent « Acharne-toi ! », je réponds : « JE CONSIDERE LA SITUATION ET JE CHOISIS DE REUSSIR LA OU JE PEUX ».
A ceux qui me disent «Dépêche-toi ! », je réponds « J'AI LE DROIT DE PRENDRE LE TEMPS QU'IL ME FAUT ».
A ceux qui me disent « Fais plaisir ! », je réponds : « JE ME FAIS PLAISIR AUSSI ».

Et toutes les fois que ce sera possible, JE CHOISIS DE … au lieu des éternels « Il faut que…, Je devrais…, etc. »

N'oublions pas qui nous sommes. Nous ne sommes pas là pour nous tuer au travail, ni pour subir les manques, mauvaises humeurs ou comportements néfastes des autres. Nous sommes ici pour vivre et pour nous réaliser.

Il ne s'agit pas de devenir égoïste, il s'agit de choisir le meilleur pour nous, avec sagesse et auto amour. Je ne peux concevoir une vie sans empathie mais à l'inverse, une vie de soumission aux caprices ou aux dysfonctionnements des autres n'est pas souhaitable. Comme toujours, c'est une question d'équilibre.

Alors si vous vous sentez pris à la gorge, faite une pause, prenez le temps de réfléchir et de choisir. Il est peut-être temps de mettre en œuvre les actions nécessaires pour atteindre vos buts et créer la vie de vos rêves. Et parfois, pour cela, il suffit de commencer par arrêter de faire et de prendre le temps d'être et de se connaitre.

SONY DSC

La plénitude de l'instant – Thich Nhat Hanh

athomas Posté dans Développement personnel / Spiritualité,Tags: , ,
0

Il m'arrive parfois de me laisser dépasser par mes émotions. Cela est particulièrement vrai quand, embarquée dans le tumulte de la vie, je déroge à mes habitudes et je néglige la discipline de l'auto traitement.

Dans ces moments où, happée par le rythme infernal de mes obligations quotidiennes je ne prends plus le temps de prendre soin de moi, la sanction ne tarde guère et l'agitation s'installe.

J'ai alors l'impression de me perdre et de ne plus rien savoir. Qui suis-je ? Où vais-je ? Qu'est ce que je veux vraiment ?

Heureusement le Reiki n'est pas loin et il suffit de se remettre à la pratique pour que les choses rentrent dans l'ordre assez rapidement.

Pour accélérer le processus de reprise en main, il est utile d'avoir quelques petits trucs pour revenir à l'instant présent. Car la première chose à faire lorsque l'on se surprend à courir sans cesse est justement de s'arrêter. Et de respirer !

Dans ces moments-là, j'aime à me réciter ce beau poème de Thich Nhat Hanh. La beauté des images qu'il évoque et que je visualise à mesure que je les prononce, me permet de revenir à moi, ICI et MAINTENANT.

Je vous livre ici ces jolis vers.

« J'inspire, et je sais que j'inspire.
J'expire, et je sais que j'expire.

J'inspire, et je suis la fleur.
J'expire, et j'en ai la fraîcheur.

J'inspire, et je me vois montagne.
J'expire, et je me sens solide.

J'inspire, et je me vois eau calme.
J'expire, en moi les choses se reflètent telles qu'elles sont.

J'inspire, et je me vois espace.
J'expire, et je me sens libre.
 »

Tiré de « La plénitude de l'instant » de Thich Nhat Hanh

Arc en ciel oiseau

Citation du jour !

athomas Posté dans Développement personnel / Spiritualité,Tags: , ,
0

A méditer ! Surtout quand on est perfectionniste ! 😉

SONY DSC

Cette phrase m’inspire particulièrement en ce moment. Je n’en ai pas retrouvé l’auteur. Il semblerait que ce soit un proverbe. Si vous en connaissez l’origine, je serais heureuse de la connaitre. Merci d’avance
🙂

Quel choix de vie ? Une question de priorités.

athomas Posté dans Développement personnel / Spiritualité,Tags: , ,
0

Aujourd’hui, je vais vous raconter une histoire que j’ai envie de partager avec vous depuis longtemps. Elle n’est pas de moi, et je ne me rappelle même plus qui me l’a racontée la première fois. Depuis, je l’ai lue et entendue un certain nombre de fois et pourtant, à chaque fois, elle me rappelle qu’il faut être attentif à ne pas perdre de vue l’essentiel !!!

« Il était une fois un professeur de philosophie qui, devant sa classe, prit un grand bocal vide et sans dire un mot, commença à le remplir de balles de golf. Ensuite, il demanda à ses élèves si le pot était plein. Les étudiants furent tous d’accord pour dire que « Oui, il était plein. ».

Puis le professeur prit une boîte remplie de billes, la versa dans le bocal et les billes comblèrent les espaces vides entre les balles de golf. Le professeur redemanda aux étudiants si le pot était plein. Ils dirent à nouveau « Oui. ».

Le professeur prit ensuite un sachet rempli de sable et le versa dans le bocal. Le sable remplit tous les espaces vides et le professeur demanda à nouveau si le pot était plein. Les étudiants répondirent unanimement « Oui. »

Le professeur ajouta alors deux tasses de café dans le contenu du bocal et le café combla les espaces entre les grains de sable. Les étudiants se mirent à rire.

Une fois le calme revenu, le professeur dit à ses élèves : « Je veux que vous réalisiez que le bocal représente la Vie. Les balles de golf sont les choses importantes comme notre santé, notre famille, nos enfants, et tout ce qui nous passionne. Nos vies seraient pleines et riches, même si nous perdions tout le reste et qu’il ne nous restait qu’elles. Les billes sont les autres choses qui comptent, comme le travail, la maison, la voiture, les engagements dans des associations, etc. Le sable représente tout le reste, ce que l’on pourrait appeler les petites choses de la vie.

Si on avait versé le sable en premier, il aurait rempli le bocal, sans laisser la moindre place pour le reste. En d’autres termes, plus d’espace pour les billes et les balles de golf ! Et bien, c’est la même chose dans la Vie : si nous dépensons tout notre temps et toute notre énergie pour les petites choses, nous n’aurons jamais de place pour les choses vraiment importantes. Occupons-nous des balles de golf en premier lieu, des choses qui importent vraiment pour nous. Établissons des priorités, le reste n’est que du sable.»

Un des étudiants leva alors la main et demanda ce que représentait le café. Le professeur sourit et lui répondit : « C’est bien que tu poses cette question. C’était juste pour vous montrer que même si nos vies peuvent paraître bien remplies, il y restera toujours assez de place pour un café avec un ami. »

Alors chers lecteurs, suivons les conseils de ce professeur et ne laissons pas le sable envahir notre bocal. Je pousserais même la vigilance un peu plus loin et je dirais « Gare à ne pas laisser les billes prendre trop de place non plus ». Et au final, rappelons-nous que l’essentiel réside dans les balles de golf.

De nos jours, la vie est devenue une course perpétuelle. Il faut emmener les enfants à leurs activités, faire des horaires à rallonge au travail, tenir une maison impeccable, faire les travaux le week-end et assumer les divers engagements que l’on a pris ça et là. Tout cela prend beaucoup de temps et n’en laisse guère aux petits bonheurs simples de la vie quotidienne. Et pourtant quoi de plus précieux qu’un regard complice échangé avec la personne que l’on aime ? Qu’une discussion enlacés dans le lit ? Ou qu’un câlin prolongé avec son enfant adoré ?

Avec le rythme infernal que nous nous imposons, tous ces moments sont réduits au strict minimum et nous passons plus de temps à presser nos petits pour qu’ils se dépêchent, à se parler par-dessus un évier ou un établi et à s’écrouler dans notre lit au moment de se coucher qu’à savourer tous les moments d’échange que nous pourrions avoir avec ceux que nous aimons. La pression qui nous est imposée nous porte sur les nerfs et nous nous en prenons à ceux qui nous sont les plus chers pour décharger le trop plein de stress qui nous accable. Et un jour nous nous réveillons, complètement sonnés, en constatant que notre vie s’est déroulée à vitesse grand V, que notre bébé a grandi sans que l’on s’en aperçoive et que notre âme sœur est partie en claquant la porte.

Alors prenons le temps de définir nos priorités. Notre entreprise ne s’écroulera pas si nous rentrons un peu plus tôt certains jours de la semaine. Ce n’est pas si grave, si nous ne regardons pas un film ce soir à la télé. Et la maison ne s’écroulera pas si le carrelage de la salle de bain attend un week-end de plus.

En revanche, notre couple sortira renforcé d’un week-end en tête à tête une fois de temps en temps. Notre cœur appréciera grandement que nous pratiquions un exercice physique régulièrement et nos enfants seront bien plus épanouis, si nous prenons le temps de les écouter et de les regarder grandir. Bien entendu, l’amitié ne pâtira jamais d’un bon café les yeux dans les yeux.

Alors même si nous avons tendance à nous laisser submerger par le sable et par les billes dans notre quotidien, ne perdons pas de vue que l’essentiel, c’est de prendre soin de nos balles de golf. Elles seules seront vraiment importantes pour nous le jour où nous ferons un bilan.

Le bonheur mode d'emploi : visualiser et ressentir !

athomas Posté dans Développement personnel / Spiritualité,Tags: , ,
1

Dans la première partie de cet article, nous avons vu que pour créer la vie qui nous convient le mieux, il fallait au préalable s'accorder le temps d'y penser. Ça a l'air bête comme ça et pourtant !

Y avez-vous songé depuis la dernière fois ? Et si oui, jusqu'où êtes-vous allé dans cet exercice d'imagination ? Prenons l'exemple de la maison de vos rêves : vous êtes-vous accordé le temps de l'imaginer ? Où la situez-vous ? Est-elle de plein pied ou à étage ? Quels matériaux avez-vous utilisés ? Avez-vous prévu un jardin ? Combien de pièces avez-vous imaginées ? Y a-t-il un bureau, une salle de jeux ou de lecture ? Une cheminée, des baies vitrées ?

Autre exemple pour les célibataires, vous êtes-vous représenté le (ou la) partenaire idéal(e) avec toutes les qualités et caractéristiques qui sont importantes à vos yeux ? Et dans le descriptif, avez-vous pensé à préciser que vous le (ou la) vouliez libre et prêt(e) à s'engager dans une relation amoureuse sur le long terme ? 😉

On a bien souvent l'impression que de faire cet exercice d'imagination est une perte de temps mais puisque nous sommes les architectes de notre vie, il est bien logique que nous en dessinions les plans ! Et il convient de le faire pour tout aspect de notre vie que nous souhaitons améliorer : vie amoureuse, professionnelle, situation financière, etc.

Alors, après avoir réfléchi au cahier des charges, il va falloir s'entrainer à vivre cette vie de rêve. On va donc la visualiser ; et pour y parvenir, il est important de se connecter à ses émotions. Pour la maison par exemple, il serait bon de visiter des maisons qui ressemblent à celle dans laquelle on aimerait vivre. Une fois cette expérience faite, il sera plus facile de s'imaginer habiter dans sa maison idéale. S'il s'agit de se payer une robe ou un bijou somptueux, il peut être judicieux d'aller l'essayer pour voir ce que cela fait de porter ce genre d'objet ?

Si on veut se sentir bien dans sa peau, il est bon de se remémorer un moment dans sa vie où l'on a été heureux et serein. En se replongeant dans ces souvenirs radieux, on se connecte aux émotions qui y sont reliées et l'association « pensée – émotion » permet d'obtenir des résultats stupéfiants. Et ça marche ! Car il s'agit tout simplement d'utiliser la Loi d'Attraction, et qu'en se mettant sur la fréquence énergétique du bonheur, de l'amour et de la joie, on attire des émotions similaires à soi.

Donc si on se met dans la peau d'une femme séduisante, et qu'on se visualise marchant comme une reine dans la rue, on va constater que les regards nous suivent une fois que l'on sera dehors. Bien entendu, ça marche aussi pour les hommes 😉

De même, si l'on se visualise comme un homme serein, confiant en ses capacités professionnelles et reconnu par ses pairs, on va constater que les clients, les collègues ou le patron vont se comporter de façon respectueuse envers nous. Même commentaire que ci-dessus : ça marche également pour les femmes ! 😀

Alors bien sûr, cela peut prendre quelques semaines à se mettre en place et cela demande de la constance car il est bien évident qu'une unique visualisation ne pourra pas avoir d'effets durables. Il faudra répéter cet exercice aussi souvent que possible pour que cela fonctionne. Mais une fois le changement acquis, les émotions n'auront plus à être simulées, du moins plus aussi souvent car elles deviendront notre quotidien ! Il suffira juste de se faire quelques petites piqures de rappel les jours où l'on se sentira moins en forme.

Alors n'hésitez plus, essayez, vous m'en direz des nouvelles !

Le bonheur : mode d’emploi. Définir la vie de ses rêves !

athomas Posté dans Développement personnel / Spiritualité,Tags: , ,
0

Nombreux sont les gens qui ne sont pas satisfaits de leur vie. Ils se voudraient ailleurs, plus riches, mieux accompagnés, plus minces ou plus beaux. Ils ne savent pas vraiment pourquoi mais ils ne sont pas heureux. Pourtant, si on leur demande de nous décrire la vie de leurs rêves, ils sont incapables de le faire précisément. Comment serait leur maison ? Quel serait leur métier ? Avec qui vivraient-ils ? Quelle serait la qualité de leur relation ? Ce sont autant de questions auxquelles ils ont rarement réfléchi vraiment.

Faites cette expérience : essayez de penser à votre vie idéale ! Vous verrez que vous ne la décrirez pas précisément ou alors seulement de manière incomplète. Vous aurez bien quelques idées, du style « je voyagerais plus » ou « j’aurais une belle maison » mais la vie de vos rêves ne se dessinera pas instantanément sous vos yeux. Pour cela, il va être nécessaire de vous arrêter un moment et de faire un effort d’imagination.

Cette étape est fondamentale car pour engendrer la réalité qui nous convient le mieux, il faut d’abord l’avoir envisagée de façon assez précise et c’est seulement une fois qu’on l’a inventée en pensées que nous pouvons la créer vraiment. Quand on y pense, c’est assez logique : même le GPS le plus performant du monde serait incapable de nous indiquer la route à suivre si nous ne lui spécifiions pas au préalable une destination où nous rendre. Alors pour se donner une chance de trouver son vrai bonheur, il convient d’abord de se définir des objectifs très précis.

La plupart du temps, nous nous accrochons à un, voire deux problèmes. Ils envahissent notre existence et nous nous focalisons dessus, convaincus qu’ils sont la cause de notre malheur. Pourtant, si nous parvenons à y trouver une solution, nous constatons que notre mal-être subsiste ou bien qu’il revient après s’être estompé quelques temps. Or cela se produit car dans les faits, nous ne savons pas ce que nous voulons vraiment et que nous gaspillons notre énergie à lutter contre ce qui nous dérange plutôt que de construire ce que nous désirons réellement.

Alors rappelez-vous : pour créer la vie qui nous convient le mieux, la première étape consiste à s’accorder du temps. Du temps à ne rien faire qu’à penser et à imaginer la manière dont nous voudrions occuper nos journées, à visualiser le lieu où nous aimerions vivre, à définir le type de relation aux autres qui nous rendrait heureux, etc. Et une fois l’objectif mis au clair, nous n’aurons plus qu’à le réaliser. Nous verrons comment dans un prochain article.

La discipline et le bien être

athomas Posté dans Développement personnel / Spiritualité,Tags: , , ,
2

La semaine dernière, j’écrivais que pour parvenir à conserver une certaine quiétude au quotidien et pour vivre le moment présent aussi souvent que possible, il était important de faire preuve de discipline.

En effet, cela fait un certain temps que je m’efforce de vivre l’instant présent et au début, j’avoue que c’était surtout un concept dont je me souvenais parfois et bien souvent trop tard. Puis à force de travail et d’entrainement, cela m’est devenu plus facile.

Cela est probablement lié au fait que je consacre de plus en plus de temps à la méditation et aux auto-traitements. En fait, c’est devenu une priorité haute pour moi et je ne commence plus une journée sans me faire un Hatsu Rei Ho et/ou un traitement de Reiki. Je prends le temps qu’il me faut et quoique j’aie à faire dans ma « to do list », je me donne chaque jour, une bonne dose de Reiki. Du coup, je me sens alerte, sereine, et présente aussi. Je suis beaucoup plus efficace et je réalise aisément mon programme de la journée. Ce qui est étonnant c’est qu’en prenant le temps nécessaire à mon bien être, j’ai gagné en productivité.

Quand j’y pense, ce n’est pas une découverte. Cela fait des années que mes maitres* me parlent de méditation et de l’importance de prendre soin de soi. Je savais très bien qu’ils avaient raison mais je repoussais toujours le moment de l’auto-traitement, en me disant que j’avais des tas de choses beaucoup plus importantes à faire. Du coup, il arrivait souvent que je me retrouve en fin de journée à me faire un traitement en vitesse ou bien à ne pas le faire du tout. À la longue, je ressentais un profond sentiment de mal être et beaucoup d’insatisfaction. Et pour finir, je dépensais une énergie colossale à essayer de trouver la cause de ces baisses de régime. Quand je réalisais que je manquais d’assiduité dans ma pratique, je me trouvais toujours des excuses extrêmement valables pour justifier cette attitude et au fond de moi, je me disais que ce temps passé à me donner de l’énergie était une perte de temps quand j’avais tant à faire.

Aujourd’hui, je comprends enfin toute la profondeur de l’enseignement de mes maîtres et j’aimerais à mon tour faire passer ce message. En effet, j’ai réalisé que ma santé morale et physique était étroitement liée au temps que je consacrais à me faire des traitements de Reiki et à prendre soin de moi. Ces moments d’intense énergie me permettent de me ressourcer pleinement et de trouver refuge en moi-même. J’en ressens le bénéfice tout au long de la journée. Au final, cela se traduit par un mieux être à tous les niveaux.

Alors si comme beaucoup, vous êtes formés au Reiki et que vous ne trouvez jamais le temps de vous faire vos auto traitements**, offrez vous l’immense cadeau de vous faire une session de 21 jours de Reiki et observez. Observez combien la vie est plus belle et plus facile. Observez comme vous vous sentez bien et rappelez vous que vous êtes les acteurs de votre vie. Vous avez le pouvoir de choisir de vous faire du bien. Rien ni personne ne peut vous ôter ce pouvoir. La seule personne qui puisse vous empêcher de le faire, c’est vous ! Alors n’attendez plus, et posez les mains sur vous !

Si vous n’êtes pas encore initié, venez faire un soin pour découvrir cette énergie tellement bénéfique. Vous ne prenez pas un risque démesuré puisque le pire qu’il puisse se passer avec le Reiki c’est rien. Et dans la plupart des cas, c’est tellement agréable et parfois si spectaculaire, que vous pourriez vous ouvrir des horizons des plus positifs. Alors n’hésitez plus et prenez rendez-vous. Le mieux être est à portée de main.

* par ce terme je qualifie les personnes qui m’ont permis d’avancer dans mon cheminement personnel.
** Certain(e)s se reconnaitront
😉

2013 : année de pleine conscience ?

athomas Posté dans Développement personnel / Spiritualité,Tags: , , ,
0

Nous voilà enfin en 2013 et comme chaque année à cette période, l’heure est aux bonnes résolutions. Pour ma part, j’ai décidé d’explorer plus intensément que jamais, la première partie des idéaux du Reiki qui nous incite à vivre « Ici et Maintenant ».

Je me permets un petit rappel pour les nouveaux lecteurs qui ne les connaissent peut être pas encore. Les idéaux du Reiki nous disent ceci :

« Juste pour aujourd’hui, je me libère de toute préoccupation !
Juste pour aujourd’hui, je me libère de toute colère !
Juste pour aujourd’hui, je rends grâce pour mes nombreuses bénédictions, et j’honore mes parents, mes professeurs et mes aïeux !
Juste pour aujourd’hui, je vis ma vie honnêtement !
Juste pour aujourd’hui, je respecte la vie autour de moi sous toute forme ! »

Cela étant rappelé, revenons à nos moutons !

J’ai donc choisi d’investir totalement le moment présent et je savoure ce que la vie m’offre d’expériences et de découvertes. Je ne parle pas seulement des moments agréables et faciles à vivre, mais aussi des évènements insignifiants voire délicats qui peuvent se révéler fort intéressants si nous les vivons en pleine conscience.

La pleine conscience est un état que l’on recherche par le biais de la méditation et il peut s’avérer compliqué de le reproduire dans la vie de tous les jours. En effet, il n’est pas toujours aisé de rester présent et attentif à l’instant alors que nous sommes coincés dans les embouteillages et que les enfants sont sur le point de sortir de l’école. Pourtant, il ne sert à rien de s’inquiéter et de s’énerver car cela ne débloque pas la circulation et au pire, nous risquons de prendre une mauvaise décision qui nous retardera plus encore. Comme le dit la sagesse populaire, « il faut garder la tête froide » car c’est ainsi que l’on est en mesure de trouver de véritables solutions.

Être présent et attentif en toute circonstance est un moyen efficace de conserver sa lucidité. Cela peut être une aide précieuse pour se sortir de situations pénibles qu’elles soient cruciales ou insignifiantes. Pour illlustrer mon propos, je pense à quelques exemples de situations, banales, qui pouvaient facilement devenir très désagréables par le passé et que j’ai appris à débloquer en vivant intensément le moment présent.

Prenons le cas des insomnies. Il vous est sûrement déjà arrivé d’avoir du mal à trouver le sommeil et vous savez comme moi combien cela peut être pénible de tourner et tourner encore au fond de notre lit, embarqués dans des pensées et des préoccupations de toute sorte. Il se trouve que depuis quelques semaines, je peine à aller rejoindre les bras de Morphée. Cela est extrêmement rare chez moi mais autrefois, lorsque cela se produisait, cela avait le don de m’agacer prodigieusement, aggravant la situation et retardant plus encore mon endormissement.

Aujourd’hui, quand je réalise que je suis en train de me perdre dans mon mental, et qu’en dépit de l’heure tardive, je ne dors toujours pas, je me concentre sur mon corps. Je choisis de ne pas considérer cette situation comme problématique et je place mon attention sur mes jambes ou sur mon dos qui reposent confortablement sur le matelas. Je réalise alors combien cette sensation de détente est agréable et combien il est bon de se lover au fond d’un lit douillet ! Le matin, c’est si difficile d’en sortir alors puisque j’y suis et que je ne suis pas obligée de me lever, autant vivre pleinement cet instant ! Et généralement, je m’endors dans les minutes qui suivent. 😉

Autre situation, autre exemple. Depuis toujours, j’ai eu les plus grandes difficultés à m’interrompre quand j’étais lancée dans une activité. Cela avait pour conséquence fâcheuse d’entrainer chez moi une profonde irritation toutes les fois où je travaillais sur un dossier important et que je devais tout abandonner pour aller récupérer mes enfants à l’école. Une fois de retour à la maison, ma frustration était telle que je tentais tant bien que mal de terminer ce que j’avais à faire et je demandais à mes filles de s’occuper toutes seules. Cependant, il est arrivé plus d’une fois que l’une ou l’autre ait passé une mauvaise journée et qu’elle ait besoin de ma présence et de mon écoute. Alors elle venait me voir, me poser des questions et me montrer son envie de passer du temps avec moi.

Toute à mes préoccupations, je ne réalisais pas le besoin de mon enfant et je lui refusais mon attention. Inévitablement, elle trouvait le moyen d’aller provoquer sa sœur et la dispute éclatait à la maison. Ce qui avait le don de m’irriter plus encore et lorsque mon mari rentrait, il me trouvait d’une humeur infâme. Assez rapidement, il était contaminé par la mauvaise ambiance et je ne vous fais pas de dessin sur la manière dont se terminait la soirée.

Désormais, j’observe mes enfants. Je prends le temps de les accueillir et de les écouter. Si je sens qu’elles ont vraiment besoin de ma présence, je lâche prise et je reporte à plus tard ce que je n’ai pas achevé. Et étonnamment, je n’ai aucune difficulté à terminer mon ouvrage dans la soirée ou le lendemain ; ce qui fait que ce délai que je m’accorde, n’a aucune conséquence négative de quelque sorte que ce soit. C’est là qu’on réalise que les urgences que l’on se donne sont rarement de véritables impératifs.

Evidemment, nos soirées sont beaucoup plus douces et plus paisibles. La cerise sur le gâteau, c’est qu’un changement important s’est produit dans l’attitude globale des filles. Elles sont plus détendues, plus lucides aussi. Elles dorment mieux et c’est toute la maison qui s’en trouve apaisée.

En fait, j’ai réalisé qu’elles ne seraient pas des enfants toute leur vie. Tous les parents savent cela, pourtant, bon nombre d’entre eux laissent grandir leur progéniture sans vraiment en profiter. La vie nous donne hélas tellement de bonnes raisons de passer à côté de leur enfance ! Bientôt, elles seront de vraies jeunes filles et elles préfèreront l’attention d’un beau garçon ou d’une amie à celle de leur mère. Alors je profite de ces moments si précieux, si plein d’innocence et de spontanéité. Leur univers est tellement rempli de joie, de bonne humeur et de magie ! Franchement, ça na pas de prix !

Alors quand je vois combien le fait de vivre le moment présent améliore ma vie sur des situations aussi simples, j’imagine sans peine les bénéfices que j’aurais à conserver cette quiétude et cette attention dans des situations de stress. C’est la raison pour laquelle j’ai choisi d’en faire mon objectif prioritaire de 2013 et même si cela fait déjà un moment que je m’évertue à vivre « Ici et Maintenant », j’ai bien l’intention d’aller encore plus loin dans cette direction.

Pour y arriver, il est important de faire preuve d’une certaine discipline mais je vous expliquerai tout ça la semaine prochaine. En attendant, je vous souhaite le meilleur pour 2013 et que le Reiki vous accompagne sur le chemin de l’accomplissement personnel.

C’est la rentrée…

athomas Posté dans Développement personnel / Spiritualité,Tags: , ,
0

C’est la rentrée et c’est le retour du mode « course contre la montre ». Quel contraste entre le rythme nonchalant des vacances et celui effréné des jours qui viennent de passer ! Achats de vêtements, de chaussures, de fournitures pour les enfants ; inscriptions aux différentes activités, réunions pour rencontrer les nouvelles maitresses, voici un petit aperçu de l’activité familiale. Bien évidemment, côté professionnel, l’agenda est tout aussi rempli et les journées passent plus vite les unes que les autres. Comment continuer à prendre soin de soi au milieu de cette effervescence ?

Pour être et rester en équilibre, il est fondamental de trouver du temps pour nos loisirs et notre santé et surtout de préserver un nombre d’heures de sommeil suffisant pour ne pas puiser dans nos réserves trop longtemps. De toute façon, si je ne respecte pas ces besoins, je deviens irritable, mes douleurs se réveillent et un certain nombre d’autres choses dont je m’efforce de me libérer refont surface et débarquent au grand galop.

Un des mes amis m’a dit un jour que le secret de l’équilibre consistait à se faire un petit plaisir chaque jour et un gros par semaine. Selon lui, en procédant ainsi, on évite la frustration et cela nous permet de maintenir un certain équilibre émotionnel. Idéalement, il est important d’ajouter à cette recette un auto traitement de Reiki quotidien.

Je sais bien que ce n’est pas évident de tenir la cadence et que plus d’un praticien s’endort avant d’avoir terminé sa séance. Alors plutôt que d’abdiquer comme le font tant de gens, je vous conseille de faire votre traitement sur deux jours. Mieux vaut une demi-séance de 20 minutes chaque jour que pas de Reiki du tout. Une autre option est de se faire un traitement court ou un équilibrage des chakras en semaine et des traitements complets le week-end. Ce ne sera pas aussi bien que si vous faisiez votre séance en totalité, je l’admets mais ce sera mille fois mieux que de ne plus avoir recours au Reiki sous prétexte que vous n’avez pas 40 minutes à consacrer à votre séance quotidienne.

Faites de votre mieux, libérez-vous de la culpabilité et surtout ne renoncer pas à utiliser ce cadeau superbe qui vous donnera en plus toute l’énergie nécessaire pour tenir le coup dans les périodes de surmenage. A condition toutefois de ne pas exagérer. Il est évident que le Reiki ne remplacera pas une bonne hygiène de vie et qu’il ne se substituera pas durablement à de bonnes nuits de sommeil.

Pour finir, j’utilise une petite astuce pour arrêter le temps qui file. J’utilise aussi souvent que possible et par tous les moyens à ma disposition*, l’affirmation positive suivante : « J’ai tout le temps nécessaire et un peu plus, pour mon plus grand bien et en harmonie avec l’Univers. »

Bonne rentrée à tous !


* Par l’expression « tous les moyens à ma disposition », je parle des envois à distance, du traitement mental, de prononcer cette phrase aussi souvent que possible, pendant mes auto traitements et à n’importe quel moment de la journée.

« L’extraordinaire nous attire un instant,…

athomas Posté dans Développement personnel / Spiritualité,Tags: , ,
1

… la simplicité nous retient plus longtemps, parce que c’est en elle seule que réside l’essentiel » – Garry Winogrand

Du 5 au 8 mai dernier, à Evian, s’est tenue la 7ème édition du Congrès Francophone de Reiki Usui. Dans un cadre magnifique, 330 praticiens et enseignants de toutes les écoles et en provenance de nombreux pays, se sont retrouvés afin de se rencontrer, de partager et d’échanger sur ce sujet qui leur est particulièrement cher : le Reiki.

J’ai toujours aimé les grands rassemblements. Ce sont généralement des moments de communion et d’émotion intenses. Que ce soit un meeting politique, un concert de rock ou une parade, les gens vibrent à l’unisson et il s’en dégage une immense énergie. Evidemment, pour que le moment soit véritablement merveilleux, il est fondamental que ceux qui organisent et animent la manifestation soient guidés par des valeurs positives, ce qui est totalement le cas aux congrès d’Evian. J’écris « aux » au pluriel car je parle de toutes les éditions où c’est la même énergie positive et chaleureuse qui nous accueille.

Au milieu de cette foule, il y a la possibilité de rencontrer quantité de belles et lumineuses personnes, pleines d’amour et de sagesse. Cependant, c’est aussi l’occasion de vivre des expériences délicates et de croiser la route d’individus beaucoup moins attrayants. Je vous rassure, ces derniers sont une minorité mais je voulais partager avec vous tout ce que cela m’a inspiré.

Au cours de cette 7ème édition, nous avons eu le bonheur et la chance d’écouter Hyakuten Inamoto Sensei, le fondateur du Komyo Reiki ainsi que Galina Labkovskaya, une merveilleuse maître Reiki russe et tous deux nous ont enchantés par leurs paroles et leur présence.

La première leçon qu’ils nous ont donnée résidait dans leur attitude : l’humilité, la simplicité. Souriants, abordables, accessibles, il était extrêmement facile de les approcher et de leur parler. Aucune barrière, aucune distance dans leur comportement ! Et de la joie ! Bref : que du bonheur !!!

Si l’on met cela en parallèle avec la façon d’être de tant de gens qui se prétendent dans l’amour et la spiritualité, ça donne envie de rigoler, jaune !!! Car c’est une des choses qui m’a frappée ces derniers temps, au congrès et ailleurs. Il y a trop de gens campés sur leurs positions, incapables d’écoute, tout fermés qu’ils sont dès qu’ils abordent quelque chose qu’ils ne connaissent pas. Et il vaut mieux en être conscient car face à ce genre de personnes, le mieux que j’ai trouvé à faire est de lâcher prise et de les laisser parler.

Il y a, par exemple, les extrémistes de l’alimentation saine. Du genre, si vous consommez des laitages, de la viande rouge et du gluten, vous ne pouvez pas être en bonne santé. J’ai même entendu une dame dire que tout se résumait à cela : manger correctement !

Ils ont sûrement un peu raison quelque part mais quand on voit à quel point leur hygiène de vie draconienne les coupe de leur joie de vivre, ça ne donne pas franchement envie de rechercher la bonne santé par ce biais là. Allez, j’avoue, ce genre de discours me donne carrément envie de me sauver en courant.

Ceux qui prônent une alimentation et une hygiène de vie plus saines ne sont heureusement pas tous comme ça. Et ça vaut mieux pour nous parce que ce qu’ils préconisent est précieux. C’est juste que quand ce genre de conseil est donné avec un sourire chaleureux et accompagné d’un « tu fais comme tu peux », comme par hasard, ça passe tout de suite mieux.

On trouve aussi ceux qui se croient arrivés. Ils ont tout compris et vous assènent leur supériorité du haut de leur grande expérience. Là encore, ça ne passe pas pour moi. Je trouve qu’il n’y a rien de pire que quelqu’un qui prétend travailler dans la relation d’aide et dont la première action est de vous faire ressentir à quel point vous êtes petit et combien votre chemin est encore long !!!

Quand on tourne notre regard vers les maîtres, les vrais, les grands, comme le Dalaï Lama par exemple, ce qui nous frappe, ce n’est pas leur immense supériorité. Non, c’est leur extraordinaire simplicité, leur humour et la joie qui émane d’eux.

Je ne vais pas faire la liste de toutes les rencontres « instructives » que j’ai faites ces derniers jours. Surtout que pour 2 ou 3 grincheux, j’ai rencontré des dizaines de personnes merveilleuses. Mais suite à ce congrès et devant la sérénité de ces deux maîtres, une évidence s’est imposée dans mon esprit : les choses sont simples ! C’est notre vision qui les rend compliquées. Et là, « ici et maintenant », j’ai envie de simplicité. Dans la pratique du Reiki, cela pourrait se résumer à ces quelques mots de Inamoto Sensei : « Posez les mains, lâchez prise et … souriez ! ».