Posts Tagged ‘Douleur’

Le Reiki : comment ça marche ?

athomas Posté dans Reiki, Reiki, Reiki,Tags: , , , ,
2

Fatigue, tristesse, manque d'énergie, mal-être, sentiment de solitude, manque affectif, règles douloureuses, stress, anxiété. Voici une liste non exhaustive des états qui se voient significativement améliorés par la pratique du Reiki.

De même, le Reiki est très utile pour se préparer à vivre un moment important comme un entretien d'embauche, une opération, un examen ou une compétition.

Même si on ne s'aperçoit pas immédiatement des effets bénéfiques du Reiki, on se rend rapidement compte qu'une pratique régulière apporte beaucoup de bienfaits. C'est d'autant plus remarquable lorsque l'on arrête de pratiquer. On s'aperçoit alors très vite que les choses se dérèglent et ne vont plus aussi bien. Quand on fait du Reiki, ce ne sont pas les évènements qui changent mais la manière dont on les perçoit.

Pour mieux comprendre comment ça marche, il faut savoir que les énergies positives se répartissent harmonieusement dans tout le corps. Les énergies négatives, en revanche, vont aller se positionner au regard des points faibles de notre organisme : le foie, l'estomac, les intestins, etc. Elles vont s'accumuler dans le corps énergétique à un endroit précis, qui dépend de la sensibilité de chacun et elles vont perturber l'équilibre énergétique de la personne. Si ces énergies ne sont pas nettoyées, elles risquent à la longue d'atteindre les organes physiques de la personne et c'est ainsi que naissent des ulcères, des colites intestinales, des douleurs dorsales, etc.

Un traitement de Reiki va dissiper ces énergies négatives et ré harmoniser la circulation d'énergie dans tous les corps de la personne. Mais si la personne ne fait pas un travail en profondeur sur elle-même pour changer ses mauvaises habitudes, les énergies vont recommencer à s'accumuler aux mêmes endroits dès que la personne sortira du cabinet de son praticien Reiki. C'est pourquoi il est important de recevoir des traitements régulièrement et de mettre en pratique les idéaux du Reiki. Car la combinaison de ses deux éléments permettra à la personne de changer ses mauvaises habitudes énergétiques et de guérir en profondeur au sens holistique du terme.

Le Reiki est une technique d'accompagnement. Utilisé en parallèle à tout traitement médical (qu'il soit allopathique, homéopathique ou énergétique), le Reiki stimule le processus d'auto guérison. Il renforce l'efficacité des médicaments et en diminue les effets secondaires. Par ailleurs, le Reiki a une action au niveau du mental et généralement la douleur et les préoccupations liées à la maladie passent à l'arrière plan. Pour reprendre de nombreux témoignages reçus sur le sujet, les personnes qui reçoivent du Reiki nous disent que la douleur et la maladie sont toujours là mais qu'elles y pensent moins et que cela redonne de la place à d'autres ressentis et à d'autres vécus.

C'est pour toutes ces raisons que le Reiki est particulièrement recommandé en accompagnement de protocoles thérapeutiques lourds et dans le cadre de maladies chroniques. Car c'est un moyen très efficace de soulager la douleur.

J'attire cependant votre attention sur un point très important. Le Reiki ne se substitue pas à la médecine allopathique et il est essentiel de continuer à se soigner même lorsque l'on pratique le Reiki de façon régulière.

Pour finir je dirai que travailler en Reiki peut parfois sembler douloureux. En effet, le Reiki participe au processus d'éveil et en ce sens, il ouvre nos yeux sur ce que l'on ne voyait pas forcément avant. Il arrive que ce que l'on découvre ne soit pas vraiment plaisant. Mais cela se règle bien vite car on trouve les ressources pour gérer ces nouvelles perceptions et une fois cela réglé, on voit une nette amélioration.

Au final, j'ai tout gagné.

athomas Posté dans Mon histoire,Tags: , , , , , , , , , , ,
0

Petit retour en arrière, en février 2005. Cela faisait un an que je savais pour la spondylarthrite et franchement, à ce moment là, la maladie m'asphyxiait. Apprendre un jour qu'on est malade à vie est une nouvelle difficile à avaler. On doit alors faire le « deuil » de sa bonne santé et passer par toutes sortes d'émotions avant de s'apaiser. Dans le désordre, il y a le déni, la colère, la déprime, et la révolte pour arriver enfin à l'acceptation.

J'étais enlisée dans ce processus, sûrement du côté de la colère ou de la dépression. Les traitements que je prenais ne me faisaient pour ainsi dire pas d'effet. J'avais mal, j'étais épuisée et comme effet secondaire, j'avais tendance à déprimer. C'est dans cet état misérable que je me suis pointée chez ma rhumatologue. Après m'avoir examinée, elle m'a proposé de me faire hospitaliser. Il existait un protocole efficace mais horriblement coûteux et il fallait l'accord des hospitaliers pour en bénéficier.

J'ai lui fait part de mon désir d'avoir un deuxième enfant. Or je savais qu'avec ce fameux protocole, il n'en était pas question. Elle m'a alors proposé une sorte de plan d'action. Elle me donnait un an pour faire ce bébé et je devais pendant ce temps cesser l'essentiel de mes médicaments. Une fois l'enfant au monde, je devais me faire hospitalisée et on envisagerait sérieusement le protocole dont on venait de parler.

J'ai donc arrêté les immunosuppresseurs et me suis mise aux « essais bébé ». Ce fut une période difficile durant laquelle j'ai beaucoup stressé. Je me disais qu'il fallait que ça marche très vite afin de pouvoir recommencer à me soigner. En attendant, je gérais comme je pouvais, conservant mes anti-inflammatoires, mes semelles orthopédiques et mes séances de kiné. Evidemment, plus je stressais, moins je parvenais à faire mon bébé. Il n'y avait rien à faire et les mois passaient. Je piaffais, je râlais mais rien n'y faisait. C'est une situation que depuis j'ai quelquefois rencontrée, celle d'amies qui voulaient devenir mères et ont mis plusieurs années pour y arriver. Le désir d'enfant est parfois tellement omniprésent, qu'il peut de temps en temps créer des blocages inconscients.

Moi j'ai vu la différence suite à mon premier degré de Reiki, en octobre 2005 comme je l'ai précédemment écrit. Les séances quotidiennes que je m'administrais m'ont permis de me détendre et de me relaxer. Peu à peu les douleurs ont commencé à diminuer et j'ai décidé d'arrêter les anti-inflammatoires. Je savais qu'ils pourraient nuire au fœtus et j'étais bien plus tranquille de ne plus les utiliser. J'ai également pris du recul par rapport à cette envie de bébé, je me suis programmée des vacances et comme par hasard, c'est là que ma puce s'est accrochée.

Cette période qui suivit mon initiation au Reiki fut sereine et harmonieuse. J'ai vécu ma grossesse d'une façon plutôt heureuse. Si parfois j'avais mal, j'arrivais à gérer et je me rends compte qu'au final, j'avais tendance à ne pas y penser. J'ai ensuite fait le choix d'allaiter mon bébé. Il n'y avait plus d'urgence à reprendre mes traitements. D'ailleurs lorsque je suis retournée voir mon médecin, on a décidé ensemble d'oublier notre premier projet. Depuis je me gère essentiellement à l'aide des séances de kiné et bien-sûr du Reiki qui m'a tant apporté.

C'est donc sur moi que j'ai fait la plus belle expérience du Reiki et c'est pour ça qu'aujourd'hui, je lui consacre une partie de ma vie. A présent je repense à mon existence de wineuse et je me dis que la nouvelle Alex est infiniment plus heureuse. Je ne suis pas une golden girl comme j'ai pu en rêver mais j'ai bien l'impression qu'au final, j'y ai tout gagné.

Le temps des questions.

athomas Posté dans Mon histoire,Tags: , , , , , , , , , , ,
1

Hernie discale ? Sciatique ? Affection longue durée ? Qu'est ce que ce charabia ? J'ai dû mal écouter !

Fini le canyoning, le rafting, le footing. A moi le podologue, la minerve et le kiné !

J'avais 32 ans. J'avalais 10 cachets chaque jour et ce programme réjouissant me filait un sacré bourdon. De surcroît, ce traitement de cheval n'avait pas plus d'effet sur ma douleur qu'un verre d'eau lancé sur un incendie de forêt. J'avais fini par devenir aussi aimable qu'un pitbull enragé. Sans m'en apercevoir, j'étais devenue un tyran. Mes amies prenaient le large et mon mari des gants.

C'est alors que j'ai rencontré Jane. Cette femme d'un certain âge, amie d'une de mes amies, n'avait pas son pareil pour vous mettre à nue et voir derrière le masque ce que vous cachiez à la Terre entière. En quelques heures, mon cas était réglé. Elle m'avait devinée ! Le miroir qu'elle tenait à présent devant mes yeux me renvoyait un reflet bien dérangeant.

Etait-ce vraiment moi ce personnage monstrueux, centré sur son nombril et tellement orgueilleux ? Moi la gentille maman attentionnée et tellement attentive d'un si beau bébé ! Moi l'épouse dévouée soutenant vaillamment son mari débordé ! Moi enfin, cette malade courageuse qui affrontait la douleur en véritable wineuse ! Non, décidément, ça ne pouvait pas être moi!

Mais alors ? Pourquoi le regard de Jane me gênait-il autant ? J'avais au fond de moi un malaise persistant. Pourquoi est ce que je me sentais soudain à ce point en danger ? Et si ce qu'elle me disait avait un fond de vérité ?

Je suis rentrée chez moi pleine de questions et de doutes. La rencontre m'avait ébranlée. Je sentais qu'il était urgent de changer. J'ai donc commencé à chercher ma route et, pour débuter, des moyens d'évoluer. J'ai essayé bien des méthodes qui m'ont toutes apporté. C'est promis, un jour, je vous en parlerai. Toutefois je sentais qu'il me manquait l'essentiel, un outil spirituel que j'ai trouvé au Carrousel.

Dans la galerie marchande qui se trouve sous le Louvre, j'ai remarqué un livre traitant du Reiki. Je ne saurais expliquer ce qui m'a poussé à l'acheter mais j'ai su que cet ouvrage allait changer ma vie.

Dans les mois suivants, j'ai rencontré Manue qu'une amie commune tenait vraiment à me présenter. Et effectivement nous nous sommes merveilleusement entendues. Manue venait tout juste de se faire initier au premier degré et la coïncidence m'a littéralement troublée. Petit à petit ma conviction s'est renforcée et le 18 octobre 2005, je me faisais initier. Ce fut le début d'une formidable aventure que je vous raconterai dans un proche futur!

Autrefois j'étais une wineuse…

athomas Posté dans Mon histoire,Tags: , , , , , , , ,
0

Autrefois j'étais une « wineuse », une de ces filles qui font des études et qui se jurent qu'un jour elles feront mieux que Papa ! Je voulais réussir et prouver à tous qu'une fille ça peut faire des trucs très forts au royaume des garçons. J'étais programmée pour devenir une financière de haut vol et au début, ça en prenait sérieusement le chemin. Et puis…

…je suis tombée amoureuse ! J'ai alors compris qu'une vie de voyages professionnels, aussi palpitants soient-ils, ne valait pas une vie d'amour partagé. Que les moments passés à deux, à se regarder dans les yeux, avaient pour moi plus de valeur que n'importe quelle carrière à voyager en classe affaire.

Quand ensuite je suis devenue mère, j'ai perdu le contrôle de mes horaires ! Toujours pressée, toujours débordée, je ne savais plus où donner de la tête. Ce petit ange qui avait débarqué dans ma vie était devenu ma vie toute entière. Comment imaginer le laisser pour retourner travailler ?

Alors que je me posais ces questions existentielles, mon employeur a eu la bonne idée de mettre la clé sous la porte. Je me suis retrouvée au chômage et me suis mise à cogiter sérieusement. Les chiffres, les sous, tout cela ne me faisait plus rêver. Ce que je voulais, c'était de l'humain, du relationnel !

Je commençais sérieusement à revoir mes projets de carrière quand je suis tombée malade. Une vilaine maladie appelée spondylarthrite, s'attaquait à mes articulations, provoquant au passage de terribles douleurs et une fatigue intense. Après de nombreuses années de recherches et plusieurs médecins, passés complètement à côté du sujet, j'ai rencontré une formidable rhumatologue qui a enfin mis des mots sur mes maux ! Je me suis alors retrouvée submergée de médicaments, fatiguée, déprimée et en dépit de tous mes traitements, envahie par la souffrance.

C'est à ce moment-là que ma vie a basculé ! J'ai fait une rencontre salutaire suivie d'une bonne remise en question. Un changement d'état d'esprit plus tard, je me faisais initier au Reiki ! Mais pas de panique, je vous raconte bientôt la suite !