Posts Tagged ‘Les idéaux du Reiki’

2013 : année de pleine conscience ?

athomas Posté dans Développement personnel / Spiritualité,Tags: , , ,
0

Nous voilà enfin en 2013 et comme chaque année à cette période, l’heure est aux bonnes résolutions. Pour ma part, j’ai décidé d’explorer plus intensément que jamais, la première partie des idéaux du Reiki qui nous incite à vivre « Ici et Maintenant ».

Je me permets un petit rappel pour les nouveaux lecteurs qui ne les connaissent peut être pas encore. Les idéaux du Reiki nous disent ceci :

« Juste pour aujourd’hui, je me libère de toute préoccupation !
Juste pour aujourd’hui, je me libère de toute colère !
Juste pour aujourd’hui, je rends grâce pour mes nombreuses bénédictions, et j’honore mes parents, mes professeurs et mes aïeux !
Juste pour aujourd’hui, je vis ma vie honnêtement !
Juste pour aujourd’hui, je respecte la vie autour de moi sous toute forme ! »

Cela étant rappelé, revenons à nos moutons !

J’ai donc choisi d’investir totalement le moment présent et je savoure ce que la vie m’offre d’expériences et de découvertes. Je ne parle pas seulement des moments agréables et faciles à vivre, mais aussi des évènements insignifiants voire délicats qui peuvent se révéler fort intéressants si nous les vivons en pleine conscience.

La pleine conscience est un état que l’on recherche par le biais de la méditation et il peut s’avérer compliqué de le reproduire dans la vie de tous les jours. En effet, il n’est pas toujours aisé de rester présent et attentif à l’instant alors que nous sommes coincés dans les embouteillages et que les enfants sont sur le point de sortir de l’école. Pourtant, il ne sert à rien de s’inquiéter et de s’énerver car cela ne débloque pas la circulation et au pire, nous risquons de prendre une mauvaise décision qui nous retardera plus encore. Comme le dit la sagesse populaire, « il faut garder la tête froide » car c’est ainsi que l’on est en mesure de trouver de véritables solutions.

Être présent et attentif en toute circonstance est un moyen efficace de conserver sa lucidité. Cela peut être une aide précieuse pour se sortir de situations pénibles qu’elles soient cruciales ou insignifiantes. Pour illlustrer mon propos, je pense à quelques exemples de situations, banales, qui pouvaient facilement devenir très désagréables par le passé et que j’ai appris à débloquer en vivant intensément le moment présent.

Prenons le cas des insomnies. Il vous est sûrement déjà arrivé d’avoir du mal à trouver le sommeil et vous savez comme moi combien cela peut être pénible de tourner et tourner encore au fond de notre lit, embarqués dans des pensées et des préoccupations de toute sorte. Il se trouve que depuis quelques semaines, je peine à aller rejoindre les bras de Morphée. Cela est extrêmement rare chez moi mais autrefois, lorsque cela se produisait, cela avait le don de m’agacer prodigieusement, aggravant la situation et retardant plus encore mon endormissement.

Aujourd’hui, quand je réalise que je suis en train de me perdre dans mon mental, et qu’en dépit de l’heure tardive, je ne dors toujours pas, je me concentre sur mon corps. Je choisis de ne pas considérer cette situation comme problématique et je place mon attention sur mes jambes ou sur mon dos qui reposent confortablement sur le matelas. Je réalise alors combien cette sensation de détente est agréable et combien il est bon de se lover au fond d’un lit douillet ! Le matin, c’est si difficile d’en sortir alors puisque j’y suis et que je ne suis pas obligée de me lever, autant vivre pleinement cet instant ! Et généralement, je m’endors dans les minutes qui suivent. 😉

Autre situation, autre exemple. Depuis toujours, j’ai eu les plus grandes difficultés à m’interrompre quand j’étais lancée dans une activité. Cela avait pour conséquence fâcheuse d’entrainer chez moi une profonde irritation toutes les fois où je travaillais sur un dossier important et que je devais tout abandonner pour aller récupérer mes enfants à l’école. Une fois de retour à la maison, ma frustration était telle que je tentais tant bien que mal de terminer ce que j’avais à faire et je demandais à mes filles de s’occuper toutes seules. Cependant, il est arrivé plus d’une fois que l’une ou l’autre ait passé une mauvaise journée et qu’elle ait besoin de ma présence et de mon écoute. Alors elle venait me voir, me poser des questions et me montrer son envie de passer du temps avec moi.

Toute à mes préoccupations, je ne réalisais pas le besoin de mon enfant et je lui refusais mon attention. Inévitablement, elle trouvait le moyen d’aller provoquer sa sœur et la dispute éclatait à la maison. Ce qui avait le don de m’irriter plus encore et lorsque mon mari rentrait, il me trouvait d’une humeur infâme. Assez rapidement, il était contaminé par la mauvaise ambiance et je ne vous fais pas de dessin sur la manière dont se terminait la soirée.

Désormais, j’observe mes enfants. Je prends le temps de les accueillir et de les écouter. Si je sens qu’elles ont vraiment besoin de ma présence, je lâche prise et je reporte à plus tard ce que je n’ai pas achevé. Et étonnamment, je n’ai aucune difficulté à terminer mon ouvrage dans la soirée ou le lendemain ; ce qui fait que ce délai que je m’accorde, n’a aucune conséquence négative de quelque sorte que ce soit. C’est là qu’on réalise que les urgences que l’on se donne sont rarement de véritables impératifs.

Evidemment, nos soirées sont beaucoup plus douces et plus paisibles. La cerise sur le gâteau, c’est qu’un changement important s’est produit dans l’attitude globale des filles. Elles sont plus détendues, plus lucides aussi. Elles dorment mieux et c’est toute la maison qui s’en trouve apaisée.

En fait, j’ai réalisé qu’elles ne seraient pas des enfants toute leur vie. Tous les parents savent cela, pourtant, bon nombre d’entre eux laissent grandir leur progéniture sans vraiment en profiter. La vie nous donne hélas tellement de bonnes raisons de passer à côté de leur enfance ! Bientôt, elles seront de vraies jeunes filles et elles préfèreront l’attention d’un beau garçon ou d’une amie à celle de leur mère. Alors je profite de ces moments si précieux, si plein d’innocence et de spontanéité. Leur univers est tellement rempli de joie, de bonne humeur et de magie ! Franchement, ça na pas de prix !

Alors quand je vois combien le fait de vivre le moment présent améliore ma vie sur des situations aussi simples, j’imagine sans peine les bénéfices que j’aurais à conserver cette quiétude et cette attention dans des situations de stress. C’est la raison pour laquelle j’ai choisi d’en faire mon objectif prioritaire de 2013 et même si cela fait déjà un moment que je m’évertue à vivre « Ici et Maintenant », j’ai bien l’intention d’aller encore plus loin dans cette direction.

Pour y arriver, il est important de faire preuve d’une certaine discipline mais je vous expliquerai tout ça la semaine prochaine. En attendant, je vous souhaite le meilleur pour 2013 et que le Reiki vous accompagne sur le chemin de l’accomplissement personnel.

Le Reiki : comment ça marche ?

athomas Posté dans Reiki, Reiki, Reiki,Tags: , , , ,
2

Fatigue, tristesse, manque d'énergie, mal-être, sentiment de solitude, manque affectif, règles douloureuses, stress, anxiété. Voici une liste non exhaustive des états qui se voient significativement améliorés par la pratique du Reiki.

De même, le Reiki est très utile pour se préparer à vivre un moment important comme un entretien d'embauche, une opération, un examen ou une compétition.

Même si on ne s'aperçoit pas immédiatement des effets bénéfiques du Reiki, on se rend rapidement compte qu'une pratique régulière apporte beaucoup de bienfaits. C'est d'autant plus remarquable lorsque l'on arrête de pratiquer. On s'aperçoit alors très vite que les choses se dérèglent et ne vont plus aussi bien. Quand on fait du Reiki, ce ne sont pas les évènements qui changent mais la manière dont on les perçoit.

Pour mieux comprendre comment ça marche, il faut savoir que les énergies positives se répartissent harmonieusement dans tout le corps. Les énergies négatives, en revanche, vont aller se positionner au regard des points faibles de notre organisme : le foie, l'estomac, les intestins, etc. Elles vont s'accumuler dans le corps énergétique à un endroit précis, qui dépend de la sensibilité de chacun et elles vont perturber l'équilibre énergétique de la personne. Si ces énergies ne sont pas nettoyées, elles risquent à la longue d'atteindre les organes physiques de la personne et c'est ainsi que naissent des ulcères, des colites intestinales, des douleurs dorsales, etc.

Un traitement de Reiki va dissiper ces énergies négatives et ré harmoniser la circulation d'énergie dans tous les corps de la personne. Mais si la personne ne fait pas un travail en profondeur sur elle-même pour changer ses mauvaises habitudes, les énergies vont recommencer à s'accumuler aux mêmes endroits dès que la personne sortira du cabinet de son praticien Reiki. C'est pourquoi il est important de recevoir des traitements régulièrement et de mettre en pratique les idéaux du Reiki. Car la combinaison de ses deux éléments permettra à la personne de changer ses mauvaises habitudes énergétiques et de guérir en profondeur au sens holistique du terme.

Le Reiki est une technique d'accompagnement. Utilisé en parallèle à tout traitement médical (qu'il soit allopathique, homéopathique ou énergétique), le Reiki stimule le processus d'auto guérison. Il renforce l'efficacité des médicaments et en diminue les effets secondaires. Par ailleurs, le Reiki a une action au niveau du mental et généralement la douleur et les préoccupations liées à la maladie passent à l'arrière plan. Pour reprendre de nombreux témoignages reçus sur le sujet, les personnes qui reçoivent du Reiki nous disent que la douleur et la maladie sont toujours là mais qu'elles y pensent moins et que cela redonne de la place à d'autres ressentis et à d'autres vécus.

C'est pour toutes ces raisons que le Reiki est particulièrement recommandé en accompagnement de protocoles thérapeutiques lourds et dans le cadre de maladies chroniques. Car c'est un moyen très efficace de soulager la douleur.

J'attire cependant votre attention sur un point très important. Le Reiki ne se substitue pas à la médecine allopathique et il est essentiel de continuer à se soigner même lorsque l'on pratique le Reiki de façon régulière.

Pour finir je dirai que travailler en Reiki peut parfois sembler douloureux. En effet, le Reiki participe au processus d'éveil et en ce sens, il ouvre nos yeux sur ce que l'on ne voyait pas forcément avant. Il arrive que ce que l'on découvre ne soit pas vraiment plaisant. Mais cela se règle bien vite car on trouve les ressources pour gérer ces nouvelles perceptions et une fois cela réglé, on voit une nette amélioration.

Juste pour aujourd’hui, je me libère de toute préoccupation!

athomas Posté dans Développement personnel / Spiritualité,Tags: , ,
1

C’est la rentrée !! Les vacances sont terminées ! Hier matin, les enfants ont repris le chemin de l’école et moi celui de mon clavier. Après deux mois passés à sillonner notre beau pays, le retour au quotidien m’offre d’entrée de jeu, l’occasion de me mettre au travail. Et la leçon du jour porte sur la non-préoccupation et l’acceptation de ce qui est.

La répartition des enfants dans les classes, le choix des maitresses, les emplois du temps sont des éléments qui peuvent sembler anodins mais qui dans les faits, génèrent bien du souci pour les parents que nous sommes. Et là je me rappelle le premier idéal du Reiki : «Juste pour aujourd’hui, je me libère de toute préoccupation!» et je décide de le mettre en application. Parce qu’effectivement, il est inutile de se préoccuper.

La préoccupation est stérile et ne sert qu’à se vider lentement de toute énergie. Elle paralyse, elle crée des blocages mais en aucun cas, elle ne fait avancer les choses. Prenons un exemple : il est parfaitement inutile de se tracasser en espérant qu’il fera beau le jour de son mariage car cela ne changera pas la météo s’il doit effectivement pleuvoir. En revanche, il est judicieux de mettre en place une structure d’accueil qui permettra de mettre ses invités à l’abri le cas échéant.

Se préoccuper, c’est concentrer ses pensées et son énergie sur quelque chose qui échappe à notre contrôle. Pour lutter contre la préoccupation, nous n’avons que deux solutions : le lâcher-prise et l’action. Dans le premier cas, il s’agit d’accepter ce qui est en sachant que nous n’y pouvons rien. Dans le second, il s’agit d’agir de manière à changer ce qui ne nous convient pas dans le cours des choses mais au final, nous devrons quand même lâcher prise car il n’est pas dit que nos actions aboutiront au résultat de notre choix.
Oui mais voilà, le dire, c’est bien, mais le mettre en pratique, c’est une autre affaire !! Parce que parfois la vie se charge de nous mettre les sens à l’envers. Nous apprenons une nouvelle et nous ne parvenons pas à la gérer sereinement. On a beau se répéter qu’il est inutile de se préoccuper, on a une boule dans la gorge et le ventre serré. Lorsque vient la nuit et son silence, le sommeil nous fuit. On tourne et on tourne encore dans son lit sans parvenir à s’endormir. Alors oui d’accord, «Juste pour aujourd’hui, je me libère de toute préoccupation » mais quand même, l’inquiétude est là et bien là. Que faire pour s’en libérer ?

Une nuit particulièrement difficile pour moi, j’ai expérimenté quelques petits trucs que je partage avec vous. Je me suis levée et j’ai pris une feuille sur laquelle j’ai défoulé mon stress. J’ai écrit plusieurs pages afin de me libérer de cette pression qui m’étouffait et ça m’a fait le plus grand bien. Je me suis ensuite obligée à respirer lentement et profondément afin de ramener le calme dans mon esprit. J’ai ensuite fait un auto traitement qui a achevé de me détendre et m’a permis de me rendormir paisiblement. De là, j’ai cherché d’autres remèdes et j’en ai trouvé deux : la méditation et le coloriage parce que je suis presque certaine que prendre des crayons de couleur pour dessiner un mandala est un moyen efficace d’apaiser un mental en ébullition.

La colère malgré moi !

athomas Posté dans Développement personnel / Spiritualité,Tags: , , , , , , , ,
2

L'autre jour, alors que je lisais le livre de Faber et Mazlish* sur la communication parents-enfants, je me suis fait une réflexion sur le pouvoir colossal de la colère. En effet, alors que je m'évertue depuis des années à respecter les idéaux du Reiki, il m'arrive parfois de m'emporter avec une virulence qui me surprend moi-même. Or le deuxième idéal, dois-je le rappeler, nous incite à nous libérer de la colère. Je me suis alors demandé ce qui pouvait pousser une personne comme moi, pour qui la recherche de douceur et d'harmonie est un véritable choix de vie, à se transformer en une affreuse harpie lorsqu'elle perd le contrôle de la situation.

Parce qu'il s'agit de ça, en réalité : c'est généralement lorsqu'on perd le contrôle et qu'on se sent impuissant que l'on cède aux mécanismes de l'agressivité et des sentiments belliqueux. J'ai alors réalisé que pour que j'en arrive à perdre la maitrise de mes mots, il fallait qu'un certain nombre de choses se produisent.

Tout d'abord, cela m'arrive en général quand je me sens impuissante. Quand les évènements prennent une tournure qui me dépasse alors que je pensais pouvoir gérer. Quand je ne parviens plus à prendre du recul et à appliquer le premier idéal qui me conseille de lâcher prise et de ne pas me préoccuper.

Lorsque je vais plus loin, je constate que les jours de crises, sont ceux où je n'ai pas respecté mes propres limites ou bien ceux où je n'ai pas su les faire respecter. Ces limites peuvent être physiques : manque de sommeil prolongé, effort trop important, alimentation inappropriée, mais elles peuvent également être morales ou nerveuses. Accepter de garder les enfants d'une copine alors qu'on est en crise avec les siens, c'est se mettre sciemment des bâtons dans les roues !

Parfois, par peur d'être rejeté ou de ne pas être aimé, on accepte des choses qui ne nous conviennent absolument pas, et c'est souvent là qu'on dépasse nos limites. Alors on essaie de se montrer plus avenant que ce que l'on ressent dans son cœur et on joue un rôle qui finit par se retourner contre nous. Parce que forcément lorsque l'on agit sans conviction, on doit aller puiser dans ses réserves de tolérance pour assumer la situation et si les évènements prennent une tournure désagréable, on se retrouve vite à vide et impuissant. D'où l'importance de respecter le quatrième idéal qui nous encourage à être honnête avec nous même.

Et parfois, être honnête avec soi même, c'est accepter de ressentir des sentiments qui nous déplaisent et être authentique avec ceux qui nous entourent. Il est sûrement plus sage de dire à ses proches que la moutarde nous monte au nez et qu'il vaut mieux s'éloigner de nous, plutôt que de refuser de ressentir cette colère sous prétexte que l'on doit s'en libérer. Travailler à se détacher d'un sentiment pénible ne consiste certainement pas à le faire taire et c'est une erreur que j'ai longtemps commise. En fait, il faut exprimer ces sentiments et signaler aux autres comment on se sent. Il est important toutefois de bien choisir ses mots car exprimer sa fureur est une chose, s'attaquer à ses proches en est une autre. Il faut donc bien se garder d'attaquer la personnalité de l'autre et privilégier une approche qui décrira le sentiment ressenti face à telle ou telle situation.

Si c'est nécessaire, on peut aussi s'isoler un moment, histoire de faire retomber la pression. L'idéal quand c'est possible, c'est de sortir de la pièce, voire carrément de la maison et d'aller faire un tour dehors afin de s'oxygéner. En général, lorsqu'on revient, notre humeur s'est adoucie et on peut repartir sur de bonnes bases. D'autant plus que notre petite promenade est un signe évident adressé à nos proches qui comprennent ainsi que nos limites ont été dépassées !

* « Parents épanouis, Enfants épanouis » d'Adèle Faber et Elaine Mazlish – Editions Relations Plus

De l'éthique, de l'éthique et encore de l'éthique…

athomas Posté dans Reiki, Reiki, Reiki,Tags: , , , , , ,
0

Faire connaître une technique, aussi efficace soit-elle n'est pas une chose aisée. Il s'agit d'approcher des personnes influentes, de les convaincre des bienfaits de ce que l'on propose et qu'ensuite elles estiment intéressant d'en parler.

D'un autre côté, il faut trouver des audacieux, qui ont la curiosité de se coucher sur votre table et qui se laissent choyer pour leur plus grand bien, en espérant que le bouche à oreille fonctionne. En d'autres termes, faire découvrir le Reiki aux français, c'est toute une aventure !

Si de surcroît, une chaine de télévision aux programmes parfois déroutants se met à associer votre technique à des pratiques effrayantes voire crapuleuses dans une émission dite d'information, la mission devient carrément périlleuse !!!

Il est alors fondamental d'adopter un comportement irréprochable et de permettre à ceux qui s'intéressent à la dite technique de la découvrir dans les meilleures conditions possibles. C'est la mission que s'est donnée la fédération de Reiki.

Il s'est dit tant de choses à propos du Reiki, tant de mensonges, tant de désinformation, qu'un certain nombre de praticiens ont décidé de s'unir sous la bannière d'une fédération pour rétablir la vérité au sujet de cette belle discipline. Secte, manipulation, charlatanisme et j'en passe, tant de mensonges ont été colportés à propos du Reiki. La pire des rumeurs à mon sens est celle qui prétendait que le Reiki était une secte, dangereuse et manipulatrice. Je ne vous raconte pas la tête de mes proches lorsque je leur ai annoncé que je m'étais faite initiée au Reiki ! Je les ai vus profondément inquiets et très attentifs à mon évolution. Heureusement, ils ont vite compris tous les bienfaits de la méthode et désormais ils sont parfaitement rassurés. D'ailleurs, à ce jour, un certain nombre d'entre eux se sont mis au Reiki.

Non mais sérieusement ! Quand on y pense, les caractéristiques d'une secte, c'est la dépendance voire même l'aliénation, l'absence de libre arbitre, des liens de subordination. Et puis surtout, il y a un gourou, des adeptes et au final, il y a une appropriation des biens matériels. Bref, des pratiques totalement incompatibles avec les idéaux du Reiki.

Une autre idée répandue est que les praticiens Reiki sont des charlatans. Je pratique le Reiki depuis de nombreuses années maintenant et je sais pour ma part que c'est un outil réellement très efficace. Pour répondre à ceux qui prétendent que le Reiki n'a qu'un effet placebo, j'ai envie de dire « Chiche ! Qu'on nous donne les moyens de conduire une étude à grande échelle et je suis certaine que les résultats effaceront tous les doutes.»

Dans un certain nombre de pays (Etats-Unis, Angleterre, Suisse..), le Reiki est considéré comme une thérapie complémentaire et oui, vous avez bien lu, une thérapie ! Elle est d'ailleurs utilisée comme telle par les médecins et dans les hôpitaux. De nombreuses expériences concluantes ont été menées dans ces pays et la fédération met tout en œuvre pour pouvoir faire de même en France. Et la tâche est dantesque car dans notre beau pays, on est vraiment très loin de ça, et certains croient encore que le Reiki se pratique en secret au fond d'une cave par des illuminés qui abusent de pauvres gens crédules !

La fédération travaille à faire reconnaître le Reiki auprès des pouvoirs publics, des assurances et du monde médical. Pour le moment, elle recense les expériences positives déjà conduites à travers le monde et elle œuvre pour tisser des partenariats avec des interlocuteurs sérieux qui permettront de conduire des projets similaires en France.

Un autre aspect de l'action de la LFDR est de permettre aux personnes intéressées par le Reiki d'avoir un accès simplifié aux coordonnées de praticiens et/ou de maîtres compétents et fiables. Je ne reviendrais pas sur les dérives possibles, il y a effectivement des individus mal intentionnées qui pratiquent le Reiki. Mais on retrouve le même genre de personnes dans toutes les disciplines. Il y a des médecins, des banquiers, des avocats et même des hommes politiques qui font honte à leur profession. Le Reiki n'échappe pas à la règle. Il y a des brebis galeuses partout.

Mais en mettant en place un certain nombre de moyens de contrôle, la fédération s'efforce de sélectionner ses membres sur la base d'une éthique irréprochable et d'une pratique honnête et rigoureuse. Pour cela, elle a mis au point un code d'éthique* et a défini toute une liste de conditions qui déterminent ce que doit être un praticien et/ou un maître Reiki sérieux. Qu'un praticien déroge au code et il se verra immédiatement exclu de la fédération et par conséquent de son annuaire.

De plus en plus de gens souhaitent découvrir le Reiki, que ce soit pour des séances ou pour des initiations. C'est pour leur permettre de choisir en confiance que la LFDR a été créée.

* Code d'éthique de la LFDR

Parler pour que les enfants écoutent, Ecouter pour que les enfants parlent

athomas Posté dans Coup de coeur,Tags: , , , , , , , , , , , , ,
0

Aujourd'hui, pour changer, je voudrais parler « éducation ». Le lien avec le Reiki ne saute pas aux yeux, je vous l'accorde, je me permets donc une petite explication.

Le Reiki est certes une technique énergétique, mais c'est aussi, et c'est très important, un outil de développement personnel. Lorsque Mikao Usui a conçu son système, il l'a doté d'une dimension spirituelle en formulant les 5 idéaux du Reiki*. Ces idéaux nous incitent à développer ce qu'il y a de meilleur en nous et nous amène à nous libérer de tout ce qui entrave notre évolution.

Une fois initiée au Reiki, j'ai décidé de mettre en pratique ces merveilleuses idées. Et bien évidemment, ce fut moins aisé que je ne l'avais imaginé. Il faut du temps pour se déprogrammer de ses mauvaises habitudes et moi, par nature, je n'avais jamais le temps.

Avec mes enfants, c'était absolument flagrant. Je voulais être une mère parfaite avec ce qu'il faut d'amour, de patience et de fermeté. Et mes petits trésors deviendraient forcément des adultes heureux, autonomes et hautement spirituels.

Puis est arrivé le temps des premiers conflits. « Mais comment ça ? Je vous aime alors pourquoi ne m'obéissez vous donc pas ? ». Je me dévouais presque comme en sacrifice à ces adorables petits êtres mais ces ingrates n'écoutaient rien. Je tentais patiemment de leur faire entendre raison, parfois ça marchait, parfois non. À mon grand dam, il m'est arrivé plus d'une fois de me transformer en un véritable dragon. « Pas très Reiki tout ça madame ! » me disais-je ; ça me valait de belles séances d'auto culpabilisation ! En effet, les deux premiers idéaux du Reiki sont très clairs, « pas de colère », « pas de préoccupation ». Et moi, à chaque conflit, je bafouais allègrement ces belles résolutions.

La solution m'est apparue assez récemment lorque j'ai découvert les livres d'Adèle Faber et Elaine Mazlish. Ces livres** donnent toute une palette de tuyaux pour amener nos enfants à coopérer. On y apprend comment les écouter vraiment, et comment mieux les comprendre. On apprend à formuler une critique qui leur donne envie de s'améliorer au lieu de vouloir se rebeller. On y trouve de véritables alternatives à la punition et quand on s'y met « ô miracle », les pitchouns se prennent en charge et les conflits se désamorcent. Bon bien-sûr, il y a toujours des conflits. Ces livres ne sont pas des grimoires remplis de formules magiques. Et une éducation reste une éducation : cela demande de la patience et de la répétition. Mais petit à petit nos enfants prennent confiance en eux, ils bâtissent une saine estime d'eux-mêmes et prennent plaisir à coopérer. Ils font les choses non pas pour obéir et se soumettre mais parce qu'ils ont compris qu'il était bon de les faire. Et que des parents joyeux et épanouis sont plus sympas à vivre que de perpétuels grognons.

La cerise sur le gâteau, c'est que ces astuces marchent avec tout le monde. Peu à peu, la communication s'améliore avec tous et en premier lieu avec son conjoint. Alors si vous aussi vous cherchez comment éviter de mettre une fessée à vos petits turbulents, si vous voulez amener vos petits rebelles à devenir plus coopératifs, précipitez vous sur ces livres et vous y trouverez des tonnes de solutions.

Elever mes enfants sans colère et sans préoccupation ! Etre honnête avec moi-même et respecter mes sentiments ! Permettre à mes filles de savoir ce qu'elles veulent et à connaître objectivement leur propre valeur ! Je me répète peut-être mais vraiment, je trouve ça très « Reiki » !

*Retrouver les idéaux du Reiki en cliquant ici : http://relaxalex.fr/a-propos-du-reiki

** « Parents épanouis, Enfants épanouis » et « Parler pour que les enfants écoutent et écouter pour que les enfants parlent » d'Adèle Faber et Elaine Mazlish – Editions Relations Plus