Posts Tagged ‘Relaxation’

Citation du 21 novembre 2018

athomas Posté dans Citations,Tags: , , , , , , , , , , , , , ,
Commentaires fermés sur Citation du 21 novembre 2018

Ce qui empêche les gens de vivre ensemble.

L'important n'est pas ce qu'on a fait de moi, mais…

athomas Posté dans Développement personnel / Spiritualité,Tags: , , , , , , , , , , , , ,
Commentaires fermés sur L'important n'est pas ce qu'on a fait de moi, mais…

Nous sommes la somme de nos expériences. Notre personnalité, notre estime de nous et notre perception de la vie sont étroitement liées à ce que nous avons vécu.
Les évènements heureux ou douloureux, les critiques ou les compliments, les succès, les échecs, la relation aux parents, aux frères, aux sœurs, aux enseignants ou aux camarades de classe, les premiers amours… Il y a énormément de facteurs qui influencent notre devenir.
Mais quoi que nous ayons vécu, ce que nous sommes devenus est intimement lié à la façon dont nous nous percevons et à ce que nous sommes prêts à accomplir pour vivre une vie qui nous inspire. Deux personnes ayant vécu des expériences en tout point similaires peuvent évoluer de manière diamétralement opposée. A l'image de ces deux frères dont le père est un homme violent, alcoolique, qui a fait des années de prison suite à de nombreux délits. Le premier des frères est à l'image de son père. Il brutalise sa compagne et ses enfants, et fait régulièrement des séjours en prison. Un jour, on l'interroge sur sa vie et on lui demande comment il en est arrivé là. Sa réponse est très simple : « Avec le père que j'ai eu, comment aurais-je pu évoluer autrement ? ». Son frère, à l'inverse est un homme doux et gentil. Attentionné avec ses proches, il a monté sa petite entreprise qui fonctionne à merveille. Il est calme, posé et sa vie est un modèle de réussite. Lorsqu'à son tour, il est interrogé sur les raisons de son succès et de ses choix de vie, sa réponse est identique : « Avec le père que j'ai eu, comment aurais-je pu évoluer autrement ? ».
Cette histoire montre bien que ce ne sont pas les évènements qui font de nous ce que nous sommes mais bien ce que nous choisissons de croire et de faire suite à ces évènements.
l'important n'est pas ce qu'on a fait de moi

Photo d'Amanda

Formation au troisième degré de Reiki les 8 et 9 décembre 2018

athomas Posté dans Infos et Actualités,Tags: , , , , , , , , , , , , ,
Commentaires fermés sur Formation au troisième degré de Reiki les 8 et 9 décembre 2018

Le troisième degré est accessible aux personnes ayant passé le deuxième degré depuis au moins 9 mois qui ont mis en pratique avec assiduité les techniques apprises à cette occasion. On dit de ce degré qu'il est celui de la conscience.

Lors de ce stage, on reçoit le symbole de maître et on accède à sa merveilleuse énergie. On y reçoit également de nouvelles techniques qui permettent d'approfondir la pratique du Reiki. Pour bénéficier pleinement des apports du troisième degré, il est recommandé d'avoir effectué son travail sur le passé. Cette condition n'est toutefois pas impérative.

Le prochain stage aura lieu le samedi 8 et le dimanche 9 décembre prochain. Pour s'inscrire, il suffit de télécharger le dossier d'inscription ci-joint : Inscription stage Reiki 3 et le renvoyer dûment complété à l'adresse suivante : relaxalex@free.fr

Pour plus de renseignements, n'hésitez pas à appeler le 06 60 08 94 24.

Pour les autres stages, vous trouverez toutes les informations nécessaires sur le lien suivant : « Dates et contenu des stages »

rose rouge ombrée

Citation du 16 novembre 2018

athomas Posté dans Citations,Tags: , , , , , , , , , , , , ,
Commentaires fermés sur Citation du 16 novembre 2018

certains regardent la vase

Photo de Teppei Shimokawa

Citation du 10 novembre 2018

athomas Posté dans Citations,Tags: , , , , , , , , , , , , , ,
Commentaires fermés sur Citation du 10 novembre 2018

J'ai toujours essayé

Citation du 6 novembre 2018

athomas Posté dans Citations,Tags: , , , , , , , , , ,
Commentaires fermés sur Citation du 6 novembre 2018

Etre libre, ce n'est pas seulement

Photo de Daniel Arrhakis

Au final, j'ai tout gagné.

athomas Posté dans Mon histoire,Tags: , , , , , , , , , , ,
Commentaires fermés sur Au final, j'ai tout gagné.

Petit retour en arrière, en février 2005. Cela faisait un an que je savais pour la spondylarthrite et franchement, à ce moment là, la maladie m'asphyxiait. Apprendre un jour qu'on est malade à vie est une nouvelle difficile à avaler. On doit alors faire le « deuil » de sa bonne santé et passer par toutes sortes d'émotions avant de s'apaiser. Dans le désordre, il y a le déni, la colère, la déprime, et la révolte pour arriver enfin à l'acceptation.

J'étais enlisée dans ce processus, sûrement du côté de la colère ou de la dépression. Les traitements que je prenais ne me faisaient pour ainsi dire pas d'effet. J'avais mal, j'étais épuisée et comme effet secondaire, j'avais tendance à déprimer. C'est dans cet état misérable que je me suis pointée chez ma rhumatologue. Après m'avoir examinée, elle m'a proposé de me faire hospitaliser. Il existait un protocole efficace mais horriblement coûteux et il fallait l'accord des hospitaliers pour en bénéficier.

J'ai lui fait part de mon désir d'avoir un deuxième enfant. Or je savais qu'avec ce fameux protocole, il n'en était pas question. Elle m'a alors proposé une sorte de plan d'action. Elle me donnait un an pour faire ce bébé et je devais pendant ce temps cesser l'essentiel de mes médicaments. Une fois l'enfant au monde, je devais me faire hospitalisée et on envisagerait sérieusement le protocole dont on venait de parler.

J'ai donc arrêté les immunosuppresseurs et me suis mise aux « essais bébé ». Ce fut une période difficile durant laquelle j'ai beaucoup stressé. Je me disais qu'il fallait que ça marche très vite afin de pouvoir recommencer à me soigner. En attendant, je gérais comme je pouvais, conservant mes anti-inflammatoires, mes semelles orthopédiques et mes séances de kiné. Evidemment, plus je stressais, moins je parvenais à faire mon bébé. Il n'y avait rien à faire et les mois passaient. Je piaffais, je râlais mais rien n'y faisait. C'est une situation que depuis j'ai quelquefois rencontrée, celle d'amies qui voulaient devenir mères et ont mis plusieurs années pour y arriver. Le désir d'enfant est parfois tellement omniprésent, qu'il peut de temps en temps créer des blocages inconscients.

Moi j'ai vu la différence suite à mon premier degré de Reiki, en octobre 2005 comme je l'ai précédemment écrit. Les séances quotidiennes que je m'administrais m'ont permis de me détendre et de me relaxer. Peu à peu les douleurs ont commencé à diminuer et j'ai décidé d'arrêter les anti-inflammatoires. Je savais qu'ils pourraient nuire au fœtus et j'étais bien plus tranquille de ne plus les utiliser. J'ai également pris du recul par rapport à cette envie de bébé, je me suis programmée des vacances et comme par hasard, c'est là que ma puce s'est accrochée.

Cette période qui suivit mon initiation au Reiki fut sereine et harmonieuse. J'ai vécu ma grossesse d'une façon plutôt heureuse. Si parfois j'avais mal, j'arrivais à gérer et je me rends compte qu'au final, j'avais tendance à ne pas y penser. J'ai ensuite fait le choix d'allaiter mon bébé. Il n'y avait plus d'urgence à reprendre mes traitements. D'ailleurs lorsque je suis retournée voir mon médecin, on a décidé ensemble d'oublier notre premier projet. Depuis je me gère essentiellement à l'aide des séances de kiné et bien-sûr du Reiki qui m'a tant apporté.

C'est donc sur moi que j'ai fait la plus belle expérience du Reiki et c'est pour ça qu'aujourd'hui, je lui consacre une partie de ma vie. A présent je repense à mon existence de wineuse et je me dis que la nouvelle Alex est infiniment plus heureuse. Je ne suis pas une golden girl comme j'ai pu en rêver mais j'ai bien l'impression qu'au final, j'y ai tout gagné.